Biographie

Joseph Calleja est déjà l’un des ténors les plus recherchés de part et d’autre de l’Atlantique. Sa voix et son élégance suscitent régulièrement des comparaisons avec les “chanteurs légendaires d’ères antérieures : Jussi Björling, Beniamino Gigli, et même Enrico Caruso” (Associated Press).

Né à Malte en 1978, Calleja commence à chanter à l’âge de seize ans, travaillant avec le ténor maltais Paul Asciak. Il fait ses débuts professionnels à Malte en 1997 en Macduff dans Macbeth et reçoit un prix au concours Hans Gabor Belvedere cette même année. Il remporte ensuite le Concours Caruso 1998 à Milan et est lauréat du concours Operalia de Domingo l’année suivante. Depuis lors, il chante avec pratiquement toutes les grandes compagnies lyriques internationales.

Calleja fait ses débuts nord-américains en Rinuccio dans Gianni Schicchi au Festival de Spoleto. Il se produit en Macduff avec le Seattle Opera et fait ses débuts avec le Los Angeles Opera et le Lyric Opera de Chicago en Alfredo dans La traviata. Il apparaît pour la première fois au Met en 2006, en duc dans Rigoletto, et y retourne régulièrement, notamment dans le rôle principal de la nouvelle production des Contes d’Hoffmann signée par Bartlett Sher. En Amérique du Nord, on l’applaudit également en Rodolfo avec la Compagnie d’opéra du Canada de Toronto, en Almaviva dans Il barbiere di Siviglia et en duc de Mantoue au Washington Opera, ainsi qu’en Edgardo dans Lucia di Lammermoor au Minnesota Opera.

Il fait ses débuts à Covent Garden en duc de Mantoue, et revient bientôt chanter Alfredo et Macduff. Au Staatsoper de Vienne, ses rôles comprennent Arturo dans I puritani, le duc de Verdi, Rodolfo, Alfredo et Nemorino, et le rôle-titre de Roberto Devereux. Il incarne Tebaldo dans I Capuleti e i Montecchi de Bellini au Konzerthaus de Vienne au côté d’Anna Netrebko et d’El?na Garan?a, lors de représentations enregistrées par Deutsche Grammophon et publiées en 2009. Il chante le duc de Verdi avec l’Opéra de Zurich, le rôle de ses débuts avec l’Opéra de Bavière, l’Opéra des Pays-Bas, le Welsh National Opera et le Deutsche Oper de Berlin. Le public du Liceu de Barcelona le voit pour la première fois en Nemorino, et il fait ensuite ses débuts en Rodolfo au Semperoper de Dresde et à l’Opéra de Francfort.

Les apparitions de Calleja sur la scène lyrique en 2012 comprennent Faust de Gounod au Met, Roberto Devereux, Rodolfo et le duc de Mantoue à Munich, Rodolfo à Covent Garden, et Pinkerton à Vienne. Parmi ses engagements en concert, il donne une soirée “Trois ténors” à Covent Garden, avec Plácido Domingo et Rolando Villazón, sous la direction de Sir Antonio Pappano, L’amico Fritz de Mascagni à Francfort, ainsi que des galas à Copenhague, Aarhus, Strasbourg, Eisenstadt, Malte, Munich, Berlin et Helsinki. Ses projets pour 2013 comprennent déjà Tebaldo et le duc à Munich, Rodolfo à Chicago, Un ballo in maschera à Francfort et Simon Boccanegra à Vienne.

Très sollicité également en concert, Calleja a fait des tournées à travers toute l’Allemagne en donnant des récitals et des concerts en soliste, ainsi qu’avec la soprano Anna Netrebko. Il s’est produit à des festivals comme Faenol (avec Bryn Terfel), Salzbourg et les BBC Proms, où il a chanté dans le Requiem de Verdi sous la direction de Riccardo Chailly.

Artiste Decca exclusif depuis 2003, Calleja a remporté un large succès critique et populaire avec ses deux premiers albums d’airs d’opéras, incitant Riccardo Chailly, avec qui il a collaboré pour le premier enregistrement, à dire : “Voilà un certain temps que je n’ai pas entendu un tel talent à ce jeune âge, avec une sonorité d’une qualité que je croyais que nous avions perdue depuis longtemps.” Les deux albums ont été désignés “choix de la rédaction” par Gramophone, et l’Observer a décrit Calleja comme “une découverte rare, évoquant des souvenirs qui vont de Caruso à Domingo, avec la souplesse de son timbre et le lyrisme expressif, extrêmement personnel, qu’il apporte même aux choses les plus connues.” The Maltese Tenor, son enregistrement très apprécié d’airs italiens et français favoris paru en 2011, a atteint la deuxième place dans les meilleures ventes allemandes et a commencé comme numéro un aux États-Unis dans la catégorie “classique traditionnel” de Billboard. Son nouvel album – Be My Love, un hommage à Mario Lanza – paraîtra à l’automne 2012. Joseph Calleja rend hommage à la voix qui l’a incité à chanter – celle de Mario Lanza. Doué d‘“une voix d’une beauté ridicule – unique, aussitôt reconnaissable, et si pure ; une pleine voix de ténor d’opéra, avec un très, très beau timbre”, Lanza a fait découvrir l’opéra à beaucoup, et ici le ténor maltais Joseph Calleja reprend cette vocation. Cet album émouvant comprend les plus grands succès de Lanza, ainsi que les airs qui définissent la voix de ténor depuis Caruso lui-même.